TPECSR

Titre Professionnel d’Enseignant de la Conduite et de la Sécurité Routière (ECSR)

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L’EMPLOI
ENSEIGNANT(E) DE LA CONDUITE ET DE LA SECURITE ROUTIERE
Le titre professionnel de : ENSEIGNANT(E) DE LA CONDUITE ET DE LA SECURITE ROUTIERE1 niveau III (code NSF : 311 u) se compose de deux
activités types, chaque activité type comportant les compétences nécessaires à sa réalisation. A chaque activité type correspond un Certificat
de Compétences Professionnelles. Un candidat souhaitant obtenir un Certificat Complémentaire de Spécialité doit être titulaire du titre
professionnel auquel il est associé.
L’enseignant(e) de la conduite et de la sécurité routière contribue à la mise
en œuvre de la politique de sécurité routière. L’accès à la profession
nécessite une autorisation administrative délivrée dans les conditions
définies par le ministère en charge de la sécurité routière.
Il (elle) prépare des actions de formation pour tous publics, dans le cadre
du « continuum éducatif », en se conformant au Référentiel pour
l’éducation à une mobilité citoyenne publié par arrêté ministériel. Il (elle)
anime ces actions dans le but de faire adopter aux apprenants un
comportement respectueux des autres usagers de la route et de favoriser
leur prise de conscience des enjeux du développement durable. Il (elle)
initie l’apprenant à une technique de conduite économique et respectueuse
de l’environnement.
L’enseignant(e) de la conduite et de la sécurité routière représente
l’établissement tel que défini à l’article L. 213-1 du code de la route et
contribue à son image de marque. Il (elle) assure la relation avec les
différents clients. Il (elle) participe au quotidien à la gestion administrative
et logistique des formations.
L’enseignant(e) de la conduite et de la sécurité routière a la responsabilité
de préparer les apprenants à la conduite d’un véhicule de catégorie B et
BE, en prenant en compte le rôle des accompagnateurs dans le cadre de
l’apprentissage anticipé de la conduite ou de la conduite supervisée. Il
(elle) construit et anime des séances collectives de formation sur les règles
du code de la route et les facteurs de risques intervenant dans la conduite
d’un véhicule.
Il (elle) assure des prestations de sensibilisation auprès de publics
diversifiés tels que les enfants et les adolescents dans des établissements
scolaires, les conducteurs novices et expérimentés, les séniors, les
salariés d’entreprise et les particuliers.
L’enseignement de la conduite exige le maintien d’une vigilance
constante par rapport à l’environnement routier et au comportement de
l’apprenant.
L’enseignant(e) de la conduite et de la sécurité routière adapte en
permanence son discours et ses méthodes pédagogiques aux objectifs,
aux besoins spécifiques et à la progression des apprenants en utilisant
les ressources formatives appropriées. Il (elle) exerce une veille régulière
concernant la réglementation, le secteur professionnel et ses évolutions.
Sous réserve de détenir l’autorisation d’enseigner correspondante, il
(elle) prépare des apprenants à la conduite des véhicules des catégories
AM, A1, A2, A, C1, C1E, C, CE, D1, D1E, D et DE du permis de
conduire.
Selon la taille de l’établissement, l’enseignant(e) de la conduite et de la
sécurité routière travaille sous la responsabilité directe de l’exploitant(e),
ou d’un coordinateur (une coordinatrice) pédagogique. Il (elle) peut
assurer des fonctions de coordination.
L’enseignant(e) de la conduite et de la sécurité routière exerce ses
missions en autonomie, dans le respect des procédures internes de
l’établissement, en fonction de la nature et des cahiers des charges des
prestations.
Les conditions d’exercice de l’emploi varient selon la taille de
l’établissement, de sa gamme de service et de son implantation.
L’enseignant(e) de la conduite et de la sécurité routière doit s’adapter en
permanence à la densité de la circulation, à l’infrastructure, aux
conditions topographiques et météorologiques.

 

____________________________________________________________________________________________________________________________
CCP – FORMER DES APPRENANTS CONDUCTEURS PAR DES
ACTIONS INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES, DANS LE RESPECT
DES CADRES REGLEMENTAIRES EN VIGUEUR
 Construire et préparer le scénario d’une séance individuelle ou
collective de formation.
 Animer une séance collective de formation à la sécurité routière.
 Animer une séance individuelle ou collective de formation à la conduite
d’un véhicule léger.
 Evaluer le degré d’acquisition des compétences des apprenants.
 Encadrer et faciliter l’intervention d’un tiers dans une situation
d’apprentissage.
 Repérer les difficultés d’apprentissage et essayer d’y remédier.
 Apprécier la dynamique de l’environnement routier et en identifier les
risques potentiels.

CCP – SENSIBILISER L’ENSEMBLE DES USAGERS DE LA
ROUTE A L’ADOPTION DE COMPORTEMENTS SURS ET
RESPECTUEUX DE L’ENVIRONNEMENT
 Analyser une demande relative à une prestation de sensibilisation.
 Construire et préparer une action de sensibilisation.
 Animer une séance de sensibilisation à la sécurité routière et au
respect de l’environnement.
 Analyser ses pratiques professionnelles afin de les faire évoluer

 

MODALITES D’OBTENTION DU TITRE PROFESSIONNEL2
1 – Pour un candidat issu d’un parcours continu de formation
À l’issue d’un parcours continu de formation correspondant au titre visé, le candidat est évalué par un jury composé de professionnels sur la
base des éléments suivants :
o les résultats aux évaluations réalisées en cours de formation ;
o un Dossier de Synthèse de Pratique Professionnelle (DSPP) qui décrit, par activité type en lien avec le titre visé, sa propre
pratique professionnelle valorisant ainsi son expérience et les compétences acquises ;
o une mise en situation professionnelle ou la présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée le cas échéant
par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de productions ;
o un entretien avec le jury.
2 – Pour un candidat à la VAE
Le candidat constitue un dossier de demande de Validation des Acquis de son Expérience professionnelle justifiant, en tant que salarié ou
bénévole, d’une expérience professionnelle de trois ans en rapport avec le titre visé.
Il reçoit, de l’Unité Territoriale de la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi
(DIRECCTE), une notification de recevabilité lui permettant de s’inscrire à une session de validation du titre.
Lors de cette session, le candidat est évalué par un jury de professionnels sur la base des éléments suivants :
o un Dossier de Synthèse de Pratique Professionnelle (DSPP) qui décrit, par activité type en lien avec le titre visé, sa propre
pratique professionnelle valorisant ainsi les compétences acquises ;
o une mise en situation professionnelle ou la présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée le cas échéant
par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de productions ;
o un entretien avec le jury.
Pour ces deux catégories de candidats (§ 1 et 2 ci-dessus), le jury, au vu des éléments spécifiques à chaque parcours, décide ou
non de l’attribution du titre. En cas de non obtention du titre, le jury peut attribuer un ou plusieurs certificat(s) de compétences
professionnelles (CCP) composant le titre. Le candidat dispose ensuite de cinq ans, à partir de la date d’obtention du premier CCP, pour
capitaliser tous les CCP, à condition que le titre soit maintenu par le ministère chargé de l’emploi. Après obtention de tous les CCP
constitutifs du titre, le jury peut, s’il le souhaite, convoquer le candidat à un nouvel entretien.
3 – Pour un candidat issu d’un parcours discontinu de formation
Le candidat issu d’un parcours composé de différentes périodes de formation peut obtenir le titre par capitalisation des Certificats de
Compétences Professionnels constitutifs du titre.
Pour l’obtention de chaque CCP, le candidat est évalué par un binôme d’évaluateurs composé d’un professionnel et d’un formateur de la
spécialité. L’évaluation est réalisée sur la base des éléments suivants :
o une mise en situation professionnelle ou la présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée le cas
échéant par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de productions,
o un Dossier de Synthèse de Pratique Professionnelle (DSPP) qui décrit, par activité type en lien avec le titre visé, la
pratique professionnelle du candidat valorisant ainsi les compétences acquises.
Après obtention de tous les CCP du titre visé le jury de professionnels conduit un entretien avec le candidat en vue d’attribuer le titre.
MODALITES D’OBTENTION D’UN CERTIFICAT COMPLEMENTAIRE DE SPECIALISATION (CCS) 2
Un candidat peut préparer un CCS s’il est déjà titulaire du Titre Professionnel auquel le CCS est associé.
Un CCS peut être préparé à la suite d’un parcours de formation ou par la validation des acquis de l’expérience (VAE). Le candidat est
évalué par un jury de professionnels sur la base des éléments suivants :
o une mise en situation professionnelle ou la présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée le cas
échéant par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de productions,
o un entretien.
PARCHEMIN ET LIVRET DE CERTIFICATION
Un parchemin est attribué au candidat ayant obtenu le titre complet ou le CCS.
Un livret de certification, qui enregistre les CCP progressivement acquis, est destiné au candidat pour l’aider à se repérer dans son
parcours.
Ces deux documents sont délivrés par l’Unité Territoriale de la DIRECCTE.

 

2 Le système de certification du ministère chargé de l’emploi est régi par les textes suivants :
– Code de l’éducation notamment les articles L. 335-5, L 335-6 et R. 335-13 et R. 338-2
– Arrêté du 09 mars 2006 (JO du 08 avril 2006) et Arrêté modificatif du 06 mars 2009 (JO du 14 mars 2009) relatifs aux conditions de délivrance du
titre professionnel du ministère chargé de l’emploi
– Arrêté du 08 décembre 2008 (JO du 16 décembre 2008) et Arrêté modificatif du 10 mars 2009 (JO du 19 mars 2009) portant règlement des
sessions de validation pour l’obtention du titre professionnel du ministère chargé de l’emploi